Comité Marche du 23 mai 1998 - CM98

Abréviation: 
CM98
Président / Directeur: 
Serge Romana
Adresse: 
3 Villa Dury Vasselon
75020 Paris
France
Téléphone: 
International: +33 1 43 64 67 75 (fixe) or +33 6 58 38 68 36 (mobile); National: 01 43 64 67 75 (fixe) or 06 58 38 68 36 (mobile)
Date d’enregistrement : 
Monday, November 29, 1999
Détails d’enregistrement: 

Plus de détails concernant le Comité Marche du 23 mai 1998 - CM98 sont disponibles sur le site du Journal Officiel. Le nom Comité Marche du 23 mai 1998 fut changé et devint Comité Marche du 23 mai 1998 - CM98 le 8 mars 2007. Plusieurs nouveaux objectifs furent ajoutés à leur mission le 8 mars 2007 et le 22 janvier 2009.

Statut: 
Actif
Type: 
Ancestrales
Commémoratives
Défense de droits citoyens
Aperçu historique: 

Le Comité Marche du 23 mai 1998 - CM98 s'est formé au lendemain du 150ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage. A l'approche de cet événement marquant, plus d'une centaines d'associations et d'individus ont répondu à un appel visant à organiser un événement pour honorer les anciens esclaves et marquer l'occasion de manière formelle. Ils formèrent le 'Comité pour une Commémoration Unitaire du Cent cinquantenaire de l’Abolition de l’Esclavage des Nègres dans les Colonies Françaises', ou CCUCAENCF, sous la présidence de Serge Romana (le président actuel de l'association Comité Marche du 23 mai - CM98). Le Comité décida d'organiser une marche silencieuse dans Paris (de République à Nation) à laquelle participèrent près de 40,000 personnes (dont la plupart venant des départements français d'outre-mer). Durant l'événement, environ 10,000 signatures furent recueillies pour une pétition demandant au gouvernement français de reconnaître l'esclavage et la traite négrière en tant que crime contre l'humanité. Cette marche fut le pilier du Comité Marche du 23 mai - CM98, qui s'inscrit comme association un an plus tard, en 1999, et se fixa pour but de défendre la mémoire des anciens esclaves.

 

Résumé des objectifs: 

Les objectifs initiaux du CM98 sont:

  • De développer l'effort, et le devoir de mémoire, parmi les communautés Guadeloupéennes, Martiniquaises, Guyanaises et Réunionnaises.

A partir de 2007, CM98 ajouta à ses objectifs:

  • De défendre la mémoire des victimes de l’esclavage colonial, en particulier en France hexagonale.
  • De défendre le 23 mai comme la journée nationale à la mémoire des victimes de l’esclavage colonial.
  • De mettre en place un travail de réparation des stigmates de l’esclavage chez leurs descendants.

En 2009, davantage d'objectifs furent ajoutés:

  • De prendre en charge les difficultés des français originaires d’outre-mer inhérentes à leur identité de descendants d’esclaves : dysfonctionnement des familles matrifocales, trouble identitaire et citoyenneté déficitaire.
  • D'œuvrer à une meilleure insertion des français originaires d’outre-mer au sein de la république en promouvant leur identité de descendant d’esclaves, en défendant la mémoire de leurs aïeux victimes de l’esclavage colonial et en interpellant la république pour qu’elle accueille en son sein et protège cette identité et cette mémoire.
  • De lutter contre les discriminations raciales, l’antisémitisme et l’esclavage moderne.

Leur but est d'atteindre ces objectifs en aidant les personnes originaires des départements français d'outre-mer à identifier les origines généalogiques de leurs noms de familles (qui sont liées à l'abolition de l'esclavage en 1848), en organisant un événement national annuel le 23 May pour honorer les victimes de l'esclavage colonial en partenariat avec d'autres associations Antillaises, Guyanaises et Réunionnaises, en encourageant les citoyens des départements français d'outre-mer à participer activement à la vie de la République, et enfin en participant à davantage d'actions ou d'événements en rapport avec la lutte contre la discrimination raciale.

Mots-clés: 
Antiracisme
Identité antillaise
Commémoration
Crimes contre l’humanité
Défense de droits citoyens
République française
Identité guadeloupéenne
Identité martiniquaise
Projet commémoratif
Mémoires de l’esclavage
Reconnaissance
Réunion identity
Ancêtres esclaves
Loi Taubira (2001)