Procès contre l'utilisation du pesticide « chlordécone » dans les Antilles françaises

En 2006, un groupe d'associations environnementales et écologiques a intenté un procès contre les producteurs de bananes financés par l'État dans les Antilles (dominées par la population béké), pour leur utilisation d’un pesticide nocif, chlordécone, entre 1972 et 1993. En dépit de son interdiction dans d'autres pays tels que les Etats-Unis, le gouvernement français a autorisé l'utilisation de ce pesticide en Martinique et en Guadeloupe. Le chlordécone a été liée à certains cancers, à la pollution des sols et à la contamination de l'eau. En Mars 2007, Raphaël Confiant et Louis Boutrin ont publié un texte intitulé Chronique d’un empoisonnement annoncé, enquêtant sur les effets nocifs de ce pesticide sur la santé des Antillais. Cette affaire est liée aux questions de domination socio-économique de la population béké, et de leurs liens privilégiés avec le gouvernement français, comme il l'a été révélé dans le documentaire Les derniers maîtres de la Martinique, ainsi qu’aux sujets des réparations et de la discrimination dont fait preuve l'Etat français à l’égard de ses départements d’Outre-mer, à travers une forme d'exploitation néo-colonialiste.

Liens vers les associations ( collaborations ): 
Start date: 
2007CE