Plainte pour provocation à la discrimination et diffamation publique

 

Dès le 13 avril 2020, le rappelait que les propos tenus par le Professeur Mira et le Docteur Locht s’inscrivent dans une tradition raciste et coloniale d’une partie de la médecine française: ce sont sur des populations vulnérables et réduites à l’impuissance par l’asservissement que furent testés des procédés médicaux nous ramenant aux heures les plus sombres de l’Histoire. Que certains s’en fassent écho à une heure de grande écoute ne peut rester impuni.

« Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude [sur les vaccins Covid-19] en Afrique, où il n’y pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs sur certaines études avec le sida, ou chez les prostitués : on essaie des choses, parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées et elles ne se protègent pas… Qu’est-ce que vous en pensez ? », demande le Professeur Mira sur la chaîne LCI.

Réponse du Docteur Locht : « Vous avez raison. D’ailleurs on est en train de réfléchir en parallèle à une étude en Afrique justement pour faire ce même type d’approche avec le BCG et un placebo, je pense qu’il y a un appel d’offre qui est sorti et je pense qu’on va sérieusement réfléchir à ça aussi, ça n’empêche pas qu’en parallèle qu’on puisse réfléchir aussi à une étude en Europe et en Australie. »

Le CRAN, l’UFJP (L’union juive pour la paix) et le Club des avocats au Maroc ont mandaté Maître Noémie Saidi-Cottier, Maître Joseph Breham et Maître Rachid Madid afin de déposer plainte pour que de tels propos ne restent pas impunis.

Ce matin, une plainte pour provocation à la discrimination et diffamation publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine a été déposée devant le Tribunal judiciaire de Paris.

Selon Maître Saidi-Cottier et Maître Breham, « la justice française ne saurait accepter que soient tenus à la télévision des propos aussi intolérables, qui font le lit des racismes ordinaires ».

Selon Ghislain Vedeux, ancien président du CRAN : « Nous espérons que cette affaire permettra au CSA et au Conseil national de l’ordre des médecins de prendre toute la mesure des conséquences engendrées par ces propos abjects. Non, les africains ne sont pas et ne seront pas les cobayes de ces apprentis Frankenstein ».

(Source: )

Liens vers les associations ( collaborations ): 
Start date: 
2020CE Apr 13th