Collectif Un passé trop présent

Adresse: 
94120 Fontenay-sous-Bois
France
Détails d’enregistrement: 

Le Collectif Un passé trop présent est une association non-déclarée. Davantage d'informations sont disponibles sur leur site internet.

Statut: 
Actif
Type: 
Commémoratives
Communautés/sociales
Culturelles
Danse
Littérature
Musique
Justice sociale
Portée: 
Régionale/ locale: Une organisation ou association de plus petite taille, centrée sur des activités locales/ régionales
Aperçu historique: 

Le Collectif Un passé trop présent est une association non-déclarée basée à Fontenay-sous-Bois (une commune située dans la banlieue de la petite couronne de Paris). L'association réunit des individus dans le but d’organiser, dans le cadre de la loi Taubira, divers événements pour la commémoration de l’Abolition de l’esclavage et des traites négrières. Le collectif organise chaque année un festival appelé également "Un passé trop présent", aux alentours de la date du 10 mai. Ce festival de deux semaines environs est axé sur la commémoration de l'esclavage et la traite négrière, et propose de nombreux événements culturels (chants, danse, conférences, etc.).

En 2014, plusieurs associations ont signé un appel à l'unité dans le but de faire de la journée du 10 mai 2014 celle des réparations. Dans le cadre de la journée internationale de la réparation de l'esclavage colonial, Un passé trop présent, le Mouvement International pour les Réparations (MIR), l’Université Populaire Africaine de Genève (UPAF) et le Collectif Vies Volées ont organisé une conférence-débat intitulée "Enjeux d'aujourd'hui et impératif des réparations", une discussion autour des enjeux des réparations de l’esclavage colonial.

Résumé des objectifs: 

Les objectifs du collectif Un passé trop présent sont les suivants:

  • Contribuer à la démocratisation de l’histoire des traites négrières et de l’esclavage
  • Acter le principe du droit à la réparation et la multiplicité des formes à envisager : réparations mémorielles, sociales, politico-économiques, judiciaires, foncières et environnementales
  • Mettre en commun l'énergie, le savoir faire et les moyens d'artistes et citoyens, déjà porteurs ou non d’associations, afin de réaliser un festival à visage humain
  • Créer un Centre de Ressources Françoise Vergès (CRFV), facilitant ainsi l’accès à une information de qualité sur les questions de l'esclavage et de la traite négrière
Liens vers d'autres associations: 
Mots-clés: 
Antiracisme
Commémoration
Défense de droits citoyens
Réparations
Justice sociale
Loi Taubira (2001)