Un Appel pour un Débat National sur les Reparations

Le 8 octobre 2012, un groupe d'associations dont l'objectif est d'obtenir des réparations en ce qui concerne l'esclavage et la traite négrière furent invitées à Matignon, dans le but d'organiser une réunion interministérielle pour commencer les discussions à ce sujet. Quatre jours plus tard, le 12 octobre 2012, Louis-George Tin, le président du Conseil Représentatif des Associations Noires (le CRAN), publia dans Le Monde un article réclamant un débat national sur le sujet des réparations. Cet article fut signé par bon nombre de politiciens de gauche (PCF, EELV), associations (voir plus bas), ainsi que des figures publiques, politiques et intellectuelles (dont Jack Lang, Eva Joly, Daniel Cohn-Bendit, Olivier Besancenot, Doudou Diène, Françoise Vergès). Durant le tour du Sénégal de Hollande, des journalistes demandèrent au président si la France était donc déterminée à s'engager dans un processus de réparations. La réponse négative de Hollande, survenu peu après que Matignon se soit déclaré "très ouvert" à la discussion créa une confusion dans les médias, tandis que la réunion interministérielle qui était prévue pour le 8 novembre 2012 se trouva annulée. Depuis lors, beaucoup font pression sur l'Etat français pour entamer un processus de réparations, notamment le CRAN. La cérémonie du 10 mai, ou la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, a souvent fournit un contexte socio-politique favorable à ce genre de requête. Depuis 2013, ces demandes ont été appuyées par des associations et des organisations de plus grande échelle, telles que la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), le Comité National pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage (CNMHE) et la Ligue International contre le Racisme et l'Antisémitisme (LICRA)

Start date: 
2012CE Oct 8th
Résultat: 
Ce débat n'a toujours pas eu lieu.